Dossier spécial 2020 :
Entrepreneurs for good

Le vide-dressing de la déco

Témoignage

Charlotte Cadé et Maxime Brousse, fondateurs de Selency

Le vide-dressing de la déco

Ras le bol du grand méchant look Ikea qui envahit tous les appartements et maisons ! C'est en partant de ce constat que Charlotte Cadé, chineuse dans l'âme, a décidé de créer Brocante Lab en 2014 (devenu Selency en 2017). « Je me suis rendu compte que beaucoup de gens ? et moi la première ? en avaient marre de la déco standard, mais qu'ils n'avaient pas le courage de faire défiler les 5 000 pages du Bon Coin pour trouver des pièces uniques. L'idée de créer un site spécialisé sur le mobilier et la décoration d'occasion, qui propose une vraie sélection, nous a semblé évidente, à Maxime et moi. » Charlotte, salariée dans une agence de design, se plonge dans le projet, y travaille soir et weekend. « On voulait rapidement sortir un site, même imparfait, juste pour tester l'idée et savoir si elle avait un sens ou pas. » Ils contactent plusieurs brocanteurs, les convainquent de vendre en ligne et lancent une première version du site avec 150 produits. En parallèle, la jeune femme remporte plusieurs concours, dont « 101 projets », organisé par Xavier Niel, Marc Simoncini et Jacques-Antoine Granjon, et obtient des prêts d'honneur auprès de Réseau Entreprendre Paris et PIE (Paris Initiative Entreprise). « On s'est lancé avec 100 000 euros, mais l'idée plaisait, on le sentait, et il y avait un marché à prendre. Nous étions les premiers à proposer de redonner vie à des objets de déco usagés et à permettre aux brocanteurs de transformer leur métier. L'impact était double : à la fois environnemental et social. » La suite ? Une croissance fulgurante financée par trois levées de fonds successives, en 2015, 2016 et 2018 ? la dernière, d'un montant de 15 millions d'euros, ayant été menée auprès du fonds OLX. « Aujourd'hui, nous proposons 150 000 références (du petit verre de table à 10 euros au canapé vintage à plus de 20 000 euros) et travaillons avec 3 000 vendeurs. » La plateforme, au départ uniquement réservée aux brocanteurs, s'est peu à peu ouverte aux particuliers, avec une commission plus importante pour ces derniers (15 % pour les professionnels, 25 % pour les particuliers). « C'est un axe de développement fort, tout comme l'international et le retail. Nous avons ouvert un point de vente au BHV du Marais et réfléchissons à d'autres ouvertures. » Avec un objectif : devenir la marque référence de déco de seconde main, comme Ikea ou Maisons du Monde peuvent l'être pour le neuf.

Éléments clés
  • Date de création : 2014 (sous le nom de Brocante Lab)
  • Activité : brocante en ligne
  • Effectif : 40 personnes aidées
  • Chiffre d'affaires : 10 millions d'euros