En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou traceurs pour améliorer et personnaliser votre expérience, réaliser des statistiques d’audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d’intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux. Pour en savoir plus

Fermer

Dossier spécial 2019 :
Tech for good

Tourisme : voyage en multimédia

Tourisme collaboratif, écotourisme, camping chez l'habitant, slow tourisme... Les nouvelles formes de tourisme gagnent du terrain pour offrir davantage d'expériences et d'émotion aux clients.

Fini le tourisme de masse ! Place aux voyages personnalisés, collaboratifs, plus proches de la nature, des gens, du partage et de l'authenticité. Le touriste d'aujourd'hui est plus responsable, plus exigeant, plus enclin à vivre une expérience différente, mais il est aussi moderne et connecté. Oui à une randonnée en bivouac au fin fond du désert de Namibie, mais à condition d'y aller rapidement en Boeing. Oui au silence d'une cabane perchée dans les arbres, mais à condition que le Wifi inonde les lieux. Au chapitre des paradoxes, le touriste est roi. « Les Français veulent désormais de l'émotion, du vrai, des contacts avec les locaux, un retour aux sources... mais avec une connectivité toujours plus accrue. Cette nouvelle approche offre un terrain de jeu idéal pour les start-up », explique Géraldine Mauduit, responsable de l'accélérateur Open Tourisme Lab.

Troquer l'hébergement

Les plateformes et les sites de mise en relation entre particuliers se multiplient pour permettre de se loger à bon prix. Au-delà d'Airbnb, de nouveaux concepts se lancent, comme NightSwapping, qui transpose le troc au tourisme collaboratif. Le principe ? Lorsqu'un hébergeur reçoit un hôte, il gagne des nuits, qu'il peut ensuite réutiliser chez un autre hébergeur du réseau. Guest to Guest surfe peu ou prou sur le même principe : le site permet l'échange grâce à des points que l'on accumule, mais il s'est spécialisé dans l'échange de maisons.

Les séjours thématiques avec des activités ciblées (oenologie, nautisme, patrimoine...) ont eux aussi le vent en poupe. French Wine Tour propose des séjours oenotouristiques qui allient visites, dégustations et découverte des destinations viticoles françaises. La start-up montpelliéraine Doyoogo s'est, quant à elle, lancée dans la comparaison des offres d'activités touristiques dans le monde (monuments, musées, parcs, excursions). Quant à KooKooning, hébergée au sein de l'incubateur Open Tourisme Lab, elle propose des idées de séjours « inspirants ». La jeune pousse combine activités et hébergements touristiques au travers d'une centaine de thématiques (sport, terroir, artisanat, loisirs créatifs...).

Émotion démultipliée grâce à la réalité virtuelle

REPÈRES / CHIFFRES CLÉS

  • 79 % des Français consultent Internet pour préparer leurs vacances.
  • 1 voyageur sur 3 préfère séjourner dans une location de vacances (maison ou appartement) plutôt qu'à l'hôtel.
  • 59 % des voyageurs sont plus intéressés par les expériences que par les éléments matériels.
Sources : Cabinet Raffour /Booking.com

Quelques start-up se lancent enfin dans la réalité virtuelle pour proposer aux touristes des expériences uniques, riches en émotion et en sensations. L'idée : faire vivre l'histoire aux visiteurs comme s'ils y étaient. Rendr propose ainsi aux offices de tourisme de donner vie au patrimoine historique d'une ville. Guidés par leur smartphone transformé en machine à remonter le temps, les utilisateurs suivent un parcours à travers les rues. Lorsqu'ils atteignent un point d'intérêt, ils peuvent visionner un contenu augmenté pour revivre le passé du lieu, et accéder à des informations complémentaires. Ces expériences, qui paraissaient folles il y a 10 ans, sont aujourd'hui concrètes dans plusieurs châteaux ou musées, et amenées à se développer sur de nombreux sites.

Témoignage

Benoît Panel et Adrien Pinson,
fondateurs de Yescapa

Démocratiser les voyages itinérants

On n'est jamais mieux servi que par soi-même ! Benoît Panel a fait sienne cette devise après avoir désespérément cherché à louer un camping-car pour sillonner la Grande-Bretagne. « Les offres des loueurs professionnels étaient trop chères et je ne trouvais rien non plus sur le Bon Coin. Cela ne collait pas au niveau des dates ou je ne pouvais pas faire sortir le véhicule de France. » Ce bourlingueur réfléchit alors à lancer une plateforme mettant en relation les propriétaires de véhicules de loisirs et les amoureux du voyage itinérant. Sa rencontre, lors d'un start-up week-end à Lagnion fin 2011, avec Adrien Pinson, ingénieur développeur, donne vie au projet. « Nous avons été lauréats de ce challenge : cela nous a convaincus, nous nous sommes lancés. »

À raison ! Car le marché du camping-car est soumis à une double peine avec, d'un côté des propriétaires qui ont du mal à rentabiliser leur achat (54 000 € en moyenne pour un véhicule neuf) avec seulement 60 jours d'utilisation par an et, de l'autre, des voyageurs désireux de louer ce type de véhicules sans trop savoir où chercher. « Nous permettons à l'offre de rencontrer la demande, en nous occupant d'un certain nombre de démarches pour les loueurs : mise en ligne d'annonces avec photos, assurance tous risques, gestion de la caution, sécurisation du paiement... »

De leur côté, les voyageurs peuvent choisir leur véhicule en rentrant des critères de sélection : dates de disponibilité, kilométrage, autorisation de sortie du territoire ou possibilité d'emmener un animal. Mais ils peuvent surtout profiter de prix imbattables. « Avec Yescapa, la location revient à 100 € par jour contre 166 € chez un professionnel », revendique Benoît Panel. À ce tarif-là, les adeptes du van et du camping-car sont de plus en plus nombreux à faire leur valise : de 1 000 en 2013, ils sont aujourd'hui plus de 20 000 à avoir loué leur véhicule sur le site. Et ce n'est qu'un début. Si la première levée de fonds de 2015 auprès de business angels (dont Frédéric Mazzella, fondateur de BlaBlaCar) a permis à la start-up de financer son démarrage, la seconde, auprès de l'assureur Maif (3 millions d'euros) en 2016, lui a ouvert les portes de l'Europe. « Nous sommes présents en Allemagne, en Italie, en Espagne, au Portugal et en Grande-Bretagne », détaille Benoît Panel, qui gère aujourd'hui une équipe de 40 personnes de 8 nationalités différentes.

Éléments clés
  • Date de création : 2012.
  • Localisation : Bordeaux.
  • Effectif : 38 personnes.
  • 250 000 utilisateurs.

Contactez l'équipe

N'hésitez pas à nous contacter à l'adresse :

routard@lesechos.fr

Fermer x