En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou traceurs pour améliorer et personnaliser votre expérience, réaliser des statistiques d’audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d’intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux. Pour en savoir plus

Fermer

Le défi de la création
d'entreprise

Les moyens humains et matériels de l'entreprise

Le strict nécessaire... mais le nécessaire quand même !

L'entreprise ne peut pas fonctionner sans les moyens matériels et humains nécessaires à son projet. Parmi ceux-ci, le choix des locaux et la signature du bail, et les premiers recrutements sont des décisions fondatrices pour la nouvelle entreprise.

Sur ces aspects, le chef d'entreprise agira avec précaution en se rappelant qu'il est toujours préférable d'augmenter sa surface de travail ou ses ressources humaines au fur et à mesure de sa croissance que de devoir réduire ses moyens d'exploitation parce qu'on aura vu trop grand. Le chef d'entreprise sera également vigilant quant aux autres moyens de développement, notamment concernant les outils numériques et technologiques (site internet – marchand ou non –, logiciels métiers), qui seront décisifs pour le lancement et le développement de son activité.

Le bail

La location de bureau ou de tout autre espace pour le compte d'une société est matérialisée par un contrat de bail qui fixe les droits et devoirs du bailleur et du locataire. Il existe plusieurs types de baux qui vont varier en fonction des besoins ou de la réglementation applicable.

Le bail commercial

Le bail commercial permet au locataire de disposer d'une certaine visibilité pour développer son activité puisqu'il est conclu pour une durée minimale de 9 ans avec un droit à renouvellement au bénéfice du locataire. Le locataire peut tout de même quitter son local tous les 3 ans. Il devra alors informer le bailleur de sa volonté de libérer les lieux par acte d'huissier ou courrier recommandé 6 mois avant la fin de chaque période triennale. La réglementation applicable aux baux commerciaux est complexe : il est conseillé de bien s'informer en amont sur tous les points clés (obligations du locataire, cas de déplafonnement du loyer, impact des travaux d'amélioration, changement de destination, etc.).

Le bail dérogatoire (ou précaire)

Il est adapté aux entreprises qui ne souhaitent pas s'engager sur une durée importante. Celui-ci est le plus souvent conclu pour 23 mois et peut être renouvelé au-delà de 2 ans jusqu'à une durée maximale de 3 ans. Si le locataire est laissé, ou reste, dans les locaux au-delà de 24 mois ou si le bail précaire renouvelé excède 3 ans, le bail est automatiquement considéré comme un bail commercial de 9 ans.

Le bail professionnel

Il est adapté aux professions libérales (réglementées ou non) et aux activités qui ne sont ni commerciales, ni artisanales, ni industrielles. Moins protecteur que le bail commercial pour le locataire, il est conclu pour une durée de 6 ans et se reconduit pour des périodes de même durée. Le locataire peut sortir du bail à tout moment en respectant un préavis de 6 mois.

Le bail mixte

Il permet de partager un local entre activité professionnelle et habitation. Il offre la possibilité au locataire de s'engager pour 3 ans dans le cas d'une personne physique, et 6 ans pour une personne morale. Le locataire dispose d'un préavis de 3 mois, qui peut être ramené à 1 mois dans certains cas directement liés à son activité professionnelle (cessation d'activité, déménagement...). Comme pour un bail conclu avec un particulier, le propriétaire peut reprendre ses locaux en fin de bail en cas de vente ou encore s'il souhaite occuper lui-même le bien (ou ses ascendants, descendants).

Le chef d'entreprise apportera une attention toute particulière au contrat de bail qui lui est proposé. Il vérifiera, avec l'aide éventuelle d'un professionnel, que ce bail est adapté à son activité et que les clauses du contrat sont conformes à la loi et à ses intérêts.

Les premiers recrutements

Les premières embauches sont des décisions aussi engageantes qu'importantes pour la réussite de l'entreprise. Ces recrutements ont une incidence directe sur le fonctionnement de l'entreprise (impact financier, nouvelle organisation, nouvelles pratiques...). Il ne faut pas se tromper.

Voici sept conseils qui aideront le chef d'entreprise à mener à bien cette étape clé :

1. Définir le profil du poste

La définition précise du besoin permet d'élaborer le profil du poste et donc le profil du candidat qui correspond. Ce profil précisera les activités à réaliser, les horaires, les lieux et autres conditions, ainsi que les qualifications ou l'expérience requises.

2. Choisir le contrat adapté

CDI ou CDD, à temps plein ou à temps partiel, statut de salarié ou autre (par exemple agent commercial)... Les possibilités sont nombreuses et le chef d'entreprise ne doit pas hésiter à se faire conseiller pour choisir la formule adaptée et rédiger le contrat qui correspond.

3. Fixer la rémunération

Si c'est un salarié, le salaire doit respecter le salaire minimum en vigueur (SMIC), ainsi que la convention collective de votre branche professionnelle. Il faut également se renseigner sur les salaires pratiqués par d'autres entreprises pour des postes comparables.

4. S'informer sur les aides au recrutement

La législation change régulièrement et de nombreuses aides peuvent faciliter les recrutements. Il ne faut pas hésiter à se renseigner auprès d'un spécialiste.

5. Rédiger et diffuser l'offre d'emploi

Bien rédiger est essentiel pour attirer les bons candidats. L'offre doit présenter le poste mais aussi l'entreprise. La diffusion de l'annonce pourra se faire sur un site internet de recrutement, dans la presse, par une recherche auprès de son entourage personnel et professionnel, ou encore sur les réseaux sociaux.

Attention : l'offre d'emploi ne doit contenir aucune mention discriminatoire, sauf cas particulier expressément prévu par la loi !

6. Sélectionner les candidats et faire passer les entretiens

Faire un premier tri pour éliminer les annonces qui ne correspondent pas aux critères. Examiner très attentivement les annonces pertinentes puis organiser les entretiens avec les candidats sélectionnés. L'entretien doit servir à valider le CV, mais il doit surtout servir à jauger la motivation et les qualités humaines des candidats. Au cours de l'entretien, il faut multiplier les questions ouvertes (celles auxquelles on ne peut pas répondre par oui ou par non) et laisser parler le candidat.

7. Déclarer l'embauche

La déclaration préalable à l'embauche (DPAE) se fait en ligne auprès de l'URSSAF avant le premier jour de travail du salarié. Enfin, le chef d'entreprise prendra le temps d'accueillir sa nouvelle recrue, de lui présenter les autres salariés, et plus généralement de faire en sorte que le nouvel arrivant s'approprie son environnement, s'y sente bien et devienne rapidement opérationnel.

Contactez l'équipe

N'hésitez pas à nous contacter à l'adresse :

routard@lesechos.fr

Fermer x