En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou traceurs pour améliorer et personnaliser votre expérience, réaliser des statistiques d’audiences, vous proposer des produits et services ciblés et adaptés à vos centres d’intérêt et vous offrir des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux. Pour en savoir plus

Fermer

Le défi de la création
d'entreprise

Construire son business plan : pourquoi et comment ?

À la fois outil de pilotage et outil de présentation, la construction du business plan est un passage obligé pour tout créateur d'entreprise.

À quoi sert un business plan ?

  • À exposer aux partenaires financiers (banquiers et investisseurs) la stratégie, les objectifs visés par le projet ainsi que ses besoins.
  • À convaincre les partenaires commerciaux.
  • À évaluer les moyens nécessaires pour démarrer une nouvelle activité.
  • À déterminer le seuil de rentabilité de l'entreprise.
  • À anticiper les échéances auxquelles l'entreprise devra faire face.
  • À évaluer le chiffre d'affaires annuel nécessaire pour faire face aux charges.

Que doit contenir un business plan ?

Le business plan est constitué d'un ensemble de documents qui sont essentiellement des tableaux de chiffres. Ces tableaux seront présentés sous la forme de documents Excel (ou équivalent). Les tableaux peuvent aussi être accompagnés d'une présentation écrite du projet ou de documents annexes apportant des précisions utiles. Pour sa réalisation, il est recommandé de se faire assister par des professionnels. L'expert-comptable assistera dans la préparation et la présentation des chiffres. Un avocat pourra assister dans la validation des hypothèses stratégiques, juridiques ou fiscales qui vont sous-tendre la future activité. Enfin, l'implication complète du créateur d'entreprise est primordiale car ce sera toujours lui qui sera porteur de la vision et qui connaîtra le mieux son projet. Le business plan contient généralement les éléments suivants.

Le document de couverture

Une présentation générale du projet (executive summary)

Il s'agit d'une synthèse qui doit décrire les points clés du business plan, qui seront ceux sur lesquels les interlocuteurs vont s'arrêter en priorité. Cette synthèse mettra en avant les principales conclusions issues de chaque partie du business plan. Il est donc conseillé de rédiger cette synthèse en dernier, et de la rendre la plus persuasive possible ;

La présentation du créateur et de son équipe

Son parcours, ses expériences, ses motivations pour créer l'entreprise, le réseau dont il dispose déjà au jour de la rédaction de son business plan, etc.

Le schéma juridique retenu

Le projet doit prendre en compte la forme juridique de sa future entreprise, les options fiscales et les aides financières dont il souhaite bénéficier.

Les tableaux

Un tableau de financement

Il permet d'établir la liste des besoins qui sont à mettre en face des ressources dont dispose le créateur avant le démarrage de l'activité, et d'établir des modalités de financement en conséquence. Cela pourra consister en un emprunt bancaire, un apport en société, un contrat de crédit-bail, des subventions ou encore des facilités de trésorerie à court terme.

Ce tableau pourra donc être idéalement complété par une évaluation du besoin en fonds de roulement, même si celui-ci n'intervient qu'après le démarrage de l'activité. Cela implique d'évaluer en amont les conditions de règlement demandées par les fournisseurs et les délais de paiement des clients afin d'apprécier ce que l'entreprise devra financer.

Un compte de résultat prévisionnel (3 à 5 ans)

RECETTES - CHARGES = RÉSULTAT

Il retranscrit l'activité de la future entreprise, il décrit l'ensemble des dépenses courantes et il évalue le montant des recettes. Ce tableau devra être utilisé à la fois comme un instrument de pilotage, d'anticipation et d'analyse.

Pour établir ce compte de résultat prévisionnel, le principal défi sera d'anticiper un niveau réaliste de recettes et d'évaluer avec précision les charges qui seront nécessaires pour réaliser ce chiffre tout en permettant de dégager un profit. Le compte de résultat sera réalisé sur une projection de trois exercices. La réalisation de ce document est difficile car il s'agit, concernant les recettes, de prévoir l'imprévisible. Le créateur d'entreprise se fondera donc sur son travail d'analyse et d'étude de son marché, sur la connaissance du secteur d'activité et sur une étude de la concurrence (principaux acteurs directs, localisation et positionnement). Il est vivement recommandé d'être prudent et mesuré dans son estimation des recettes. En effet, les banques et partenaires financiers attachent beaucoup d'importance à la réalisation des hypothèses et préfèreront un business plan prudent mais réalisé qu'un business plan ambitieux qui échoue.

Corrélativement, il faudra lister l'ensemble des charges que la future entreprise devra supporter au cours des premières années d'activité. Ces dépenses concerneront principalement le loyer et les dépenses afférentes aux locaux, les achats auprès des fournisseurs, les frais de personnel et les charges sociales, l'informatique, la communication et le marketing. Attention à ne pas oublier la rémunération du dirigeant, qui doit pouvoir, le plus rapidement possible, vivre de son activité. À l'inverse des recettes qu'il ne faudra pas surestimer, il faudra veiller à ne pas sous-estimer les charges. L'expérience montre qu'elles sont souvent plus importantes que prévu.

C'est cet ensemble de postes de recettes et de dépenses qui constituera le compte de résultat prévisionnel qui devra être présenté selon les normes comptables.

Un plan de trésorerie

Il permet de connaître mois par mois les échéances de l'entreprise et d'apprécier la situation et le besoin de trésorerie. Il sert notamment à déterminer quel est le montant des liquidités que doit conserver l'entreprise avant d'envisager des décisions d'investissement. Les hypothèses du plan de trésorerie seront conditionnées par les délais de paiement des clients. Comme pour les recettes dans le compte de résultat prévisionnel, il y a davantage d'incertitudes pour les encaissements que pour les dépenses. En effet, la plupart des échéances de charges sont fixes (loyer, salaires, impôts, charges sociales) et impératives. Le plan de trésorerie doit permettre d'anticiper la situation de trésorerie de l'entreprise, et notamment de prévenir le banquier à l'avance en cas de passage tendu et de solliciter les concours nécessaires dès la création.

Une évaluation du point mort

Cette évaluation peut venir compléter les éléments précédents. Elle consiste à déterminer le chiffre d'affaires minimal à réaliser pour couvrir les frais mis en oeuvre (y compris la rémunération raisonnable du dirigeant). Cette évaluation distingue les frais fixes (qui ne bougent pas en fonction de l'activité) et les frais variables (qui augmentent en fonction de l'augmentation du chiffre d'affaires).

Le business plan est souvent vécu par le porteur de projet comme un jeu d'équilibriste entre l'optimisme et l'enthousiasme que le business plan doit porter pour emporter l'adhésion, d'une part, et la prudence dont il faut faire preuve pour conserver la confiance de ses partenaires, d'autre part. Ce qu'il faudra retenir, c'est que le business plan doit être réalisé avec la plus grande honnêteté. Il y aura inévitablement des décalages entre les prévisions et la réalité, mais il en sera moins tenu rigueur au chef d'entreprise si celui-ci a été honnête dans sa démarche et qu'il n'a pas hésité à identifier les risques économiques auxquels le projet est exposé.

Outre le contenu, il ne faudra pas oublier de soigner la présentation du business plan. Pour les partenaires financiers ou commerciaux, la qualité de la forme est une indication du sérieux du fond. Lors de l'exposition du business plan, celui-ci sera accompagné d'un discours ou d'un texte de présentation qui doit se concevoir comme un véritable « pitch de présentation ». Enfin, le porteur du projet réfléchira aussi aux objections ou réserves que pourrait susciter le business plan, et il préparera à l'avance ses réponses. Préparer et présenter un business plan, c'est aussi valider et vendre le projet.

Contactez l'équipe

N'hésitez pas à nous contacter à l'adresse :

routard@lesechos.fr

Fermer x