Dossier spécial 2018 :
Il n'y a pas d'âge pour changer de vie

Focus : quelles aides pour les quinquas ?

La cinquantaine passée, mieux vaut ne pas prendre trop de risques avant de se lancer. Pour cela, les créateurs et les repreneurs de plus de 50 ans ont, bien évidemment, accès à l'ensemble des dispositifs classiques d'aide à la création. Mais il existe, par ailleurs, quelques dispositifs qui peuvent s'avérer précieux.

  • Aides Pôle Emploi : si vous êtes demandeur d'emploi indemnisé âgé de plus de 50 ans, alors votre indemnisation peut être prolongée jusqu'à 36 mois (au lieu de 24 mois pour les moins de 50 ans). Par ailleurs, l'allocation de retour à l'emploi (ARE) peut, dans certaines conditions (avoir plus de 61 ans, ne pas pouvoir bénéficier de la retraite à taux plein notamment), être versée jusqu'à la retraite. De quoi se donner un peu d'air le temps de monter et lancer votre entreprise. Vous pouvez, en effet, cumuler ensuite votre pension de retraite avec les revenus tirés de votre nouvelle activité, mais à condition d'avoir liquidé auparavant tous vos droits à la retraite.
  • Aide au prêt bancaire spécial « senior » : si votre projet nécessite un prêt, certains quinquas pourront avoir des difficultés à le décrocher, notamment s'ils ont connu des problèmes de santé. Sachez que, dans ce cas, il existe une aide au prêt bancaire spécifique : AERAS (« s'assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé »), permettant d'élargir l'accès à l'assurance et, donc, à l'emprunt.
  • Des associations à la rescousse : localement, certaines associations peuvent donner un coup de pouce spécifique aux entrepreneurs/repreneurs de plus de 50 ans. Au niveau national, Initiative France déploie depuis quelques années un programme spécifique, + 45, destiné aux porteurs de projet de plus de 45 ans. Il offre un parcours dédié avec diagnostic, audit social et patrimonial, formation.
  • Des associations de seniors, pourquoi pas ? Saviez-vous qu'il existe des associations spécifiques de seniors bénévoles qui mettent leur temps et leurs compétences au service des autres ? Ils proposent notamment leurs services dans l'accompagnement de créateurs d'entreprise. Certes, ils s'adressent à tous les porteurs de projet, mais peut-être qu'un quinqua se sentira plus à l'aise face à quelqu'un de sa génération ou à peine plus âgé… C'est le cas, par exemple, d'EGEE (Entente des générations pour l'emploi et l'entreprise), proposant l'accueil des créateurs et repreneurs, accompagnement post-création (mentoring), aide aux entreprises en difficulté, aide au montage financier, business plan. Idem avec Ecti, qui propose également les services de retraités (anciens cadres du secteur public ou privé, chefs d'entreprise, techniciens, artisans, professions libérales) bénévoles dans l'accompagnement de projet.
  • Se faire épauler : davantage encore que les créateurs plus jeunes, les entrepreneurs de plus de 50 ans ont tout à gagner à adhérer à des associations et autres clubs de chefs d'entreprise, que celles-ci soient locales ou sectorielles, car plus que les autres, malgré leur carnet d'adresses et leur expérience, ils peuvent avoir tendance à se replier sur eux-mêmes. Or, s'entourer, se faire accompagner, que ce soit pour recueillir des conseils extérieurs sur un point technique ou pour parler de son quotidien, est une des clés de réussite !

Contactez l'équipe

N'hésitez pas à nous contacter à l'adresse :

routard@lesechos.fr

Fermer x